LA REALITE ECONOMIQUE DE LA COLONISATION FRANCAISE

THESE ECONOMIQUE (en cours )SUR LES ASPECTS DE LA COLONISATION FRANCAISE ET CEUX DE LA DECOLONISATION AVEC L'ATTEINTE AU PRINCIPE DES PEUPLES A DISPOSER D'EUX MEMES

jeudi 12 janvier 2017

dimanche 15 mars 2009

LA COLONISATION UNE OEUVRE DE PROGRES

LA COLONISATION UNE OEUVRE DE PROGRES


Il est vrai qu’en ce qui concerne la colonisation on avait eu droit à n’importe quoi. Pour ma part le problème en particulier de l’Algérie me semblait avoir été réglé depuis des années. En fait insidieusement, semble-t-il des idéologues, historiens, enseignants de l’Education nationale, journalistes de médias développaient une histoire revue et corrigée. C’est me semble t-il, pour cette raison à défaut de règlement que les députés ont voté la loi du 23 / 02/ 2005. Ce que je trouve beaucoup plus grave c’est la forme de calomnie dont sont directement victimes les Français d’Algérie. Depuis cette loi qui était passée quasiment inaperçue, l’obligation faite à l’école et aux enseignants de revenir à plus d’objectivité et de reconnaître aussi le rôle positif de la colonisation a fait réagir ces derniers auxquels certains médias en particulier marxistes ( cf l’humanité ) ont donné un large écho qui n’est nullement représentatif de ce qu’en pensent la majorité des français.

Les interventions tout à fait déplacées du Président de la République j. Chirac pour qui pourtant la colonisation fut une belle page de notre histoire et d’élus tels jean louis Debré qui recherchent contre la réalité et la vérité un consensus avec ces médias et les divers collectifs d’idéologues au lieu de faire ouvrir un grand débat public m’incitent à montrer l’apport positif de la colonisation. Cela est relativement facile pour un économiste puisqu’on s’attache au concret. Il suffit d’opérer une comparaison sous forme de bilan avant et au sortir de cette colonisation et éventuellement d’observer l’évolution après pour savoir si la décolonisation a été un apport encore plus bénéfique.

Avant d’aborder la colonisation de l’Algérie car c’est bien d’elle qu’il s’agit on pourra rapidement examiner celle de l’Afrique noire.
Celle-ci avant la colonisation et malgré l’introduction par les navigateurs européens de cultures nouvelles comme le maïs, le manioc, l’arachide, l’haricot …. connaît les famines, les guerres tribales ou ethniques, les massacres, les razzias avec pour conséquence l’esclavage et le commerce d’esclaves auxquels la colonisation a mis fin en 1848. .
La période coloniale s’est caractérisée par l’ordre et la paix qui ont permis un développement notamment agricole, la mise en place d’une fonction publique honnête, d’une infrastructure sanitaire avec 2000 dispensaires, 600 maternités et 40 hôpitaux, la création de villes sans taudis où les services publics fonctionnaient ainsi qu’une infrastructure routière( 50000kms de routes goudronnées,215000 kms de pistes principales) et ferroviaire( 18000 kms)à laquelle il convient d'ajouter 196 aérodromes et 63 ports. C'est aussi 16000 écoles primaires et 350 collèges et lycées. Les populations étaient protégées contre les abus des chefs coutumiers ou des marabouts. La colonisation terrienne a été insignifiante.
Cette période a été une période de bien être (plus de famine) de sécurité (plus de guerre) et de dignité (plus d’esclavage depuis 1848). Ca a été une période stable et heureuse pour les populations qui ont pu bénéficier de soins, du progrès et de la culture.

L’Algérie, création politique de la France regroupe les deux provinces romaines de Numidie et de Mauretanie plus les hautes plaines de l’Algérois et de l’Oranie ainsi que l’Atlas saharien.

A l’époque romaine ( 105 av J.C. à 430 ap J.C ) malgré l’extrême faiblesse de l’implantation militaire mais grâce à une organisation reposant sur la Cité, c’est la paix et la sécurité qui vont permettre un développement économique et démographique sans précédent. Par endroit, les densités de population sont supérieures à 100 habitants au km2 et on estime à 5 millions (hypothèse basse ) la population de ces 2 provinces. La principale richesse était l’agriculture qui non seulement était suffisante pour nourrir la population de ces deux provinces mais qui permettait de nourrir Rome sous forme d’impôt, de tribut, l’annone.
Le blé, la vigne mais surtout l’olivier vont faire la richesse de ces provinces. C’est en outre 20000 kms de voies qui vont permettre les échanges et favoriser le commerce.
Cette prospérité va entraîner un essor culturel considérable auprès des populations indigènes qui adoptent le parler latin. Des écoles s’ouvrent dans toutes les villes, celles de Cirta ( Constantine ) et Madaure atteignent une célébrité internationale (monde méditerranéen). On y étudiait les classiques latins, même les vieux auteurs comme Plaute et Caton remis à la mode par un cirtéen (constantinois)célèbre, Fronton. L’Algérie romaine eut une littérature propre, une culture latino-africaine originale, créant l’esthétique baroque illustrée par Apulée de Madaure au 2ème siècle, créateur du roman moderne avec les métamorphoses ( )que l’on retrouve dans la culture chrétienne chez des écrivains comme Lactance et Pétilianus né à Cirta, Saint Optat né à Mila, Gaudentius né à Timgad, Eméritus évèque de Cherchel et surtout Saint Augustin né à Thagaste (Souk Ahras) et mort du paludisme en 430 à Hippone ( l'Ubon des phéniciens, la Bône des français,l'Annaba des arabes) assiégée par les Vandales et les Alains, peuples germaniques (de religion arienne).
Le domaine artistique fut unique. Les mosaïques prises ensemble sont sans rivales dans le monde romain. Il n’est pas étonnant que l’Afrique ait pu donner à Rome consuls et empereurs.
Mais la démission de Rome et de Byzance qui lui succéda en 533 livra ce pays au joug du colonialisme arabo-musulman (1) . Près de 6 siècles furent noyés dans le sang et la cendre des incendies. L’ancien grenier de Rome fut changé en désert, des centaines de milliers de berbères (numides)furent emmenés en esclavage et l’Afrique romaine si prospère devint la Barbarie.

En 1830, ce qui va devenir l’Algérie n’a plus qu’environ 2 millions d’habitants (entre 1,8 et 2,8 millions,hypothèse haute) dont les conditions de vie sont misérables(2). Il n’y a aucun service sanitaire, l’unique médecin pour tout le pays est l’étudiant en médecine allemand Pfeiffer, esclave à Alger et médecin du Dey. Des villes romaines il ne reste que ruines. De même pour les barrages et les canaux d’irrigation (3) Il n’y a plus que 500.000 ha de terres cultivées, le reste abandonné est occupé par des friches en particulier des palmiers nains aux racines tentaculaires, des épineux et des marécages infestés de moustiques, foyers pestilentiels où sévissait la malaria. Cela explique l’insalubrité du pays. Les forêts, les innombrables et riches vergers répandus dans tout le pays décrits par le célèbre historien arabo berbère Ibn Kaldoun n’existent plus sauf sur les sommets les plus élevés des Nementcha, de l’Aurès, de l’Atlas tellien, de Teniet-el-Had, de l’Ouarsenis là où l’altitude a assuré leur protection (4)Outre les famines, l’Algérie connaît des épidémies de choléra, de typhus et de peste ce qui entraîné une très forte mortalité en particulier infantile et une faible espérance de vie expliquant cette chute de population survenue en seulement 8 siècles ( 5 )
Face aux innombrables maladies, variole, syphilis, trachome, paludisme, dysenterie, les populations ont recours aux guérisseurs et aux marabouts.

.L’économie intérieure ne fonctionne qu’avec le troc et l’usure (6 ) la plus primitive. L’insécurité règne dans le pays qui voit les tribus berbères en lutte perpétuelle contre les Turcs et leurs serviteurs, les tribus arabes dites maghzen, les juifs régulièrement soumis à des persécutions et des pogroms, tenus dans un état de servitude et d’abjection, traités par les musulmans comme les plus vils des animaux ( 7) Lors de déplacements dans le pays, il faut se joindre aux grosses caravanes pour éviter d’être pillé, rançonné ou tué.
En 1830, il n’existe plus une seule route carrossable dans la Régence.( quelques routes existent très près des grandes villes du Tell) Les transports doivent s’effectuer à dos d’hommes ou d’animaux, âne, mulet, cheval, chameau ( histoire de l’Algérie par l’image, du cercle algérianiste du Jura). L’eau pose de graves problèmes car bien que les pluies soient abondantes il ne demeure que les vestiges des travaux effectués par les romains ( barrage du défilé de la Mekkera Algérianiste n° 53 p 39 mars 1991 )

L’instruction n’était pas organisée. Dans les écoles coraniques, les enseignants (toulabs ) se contentaient de faire apprendre par cœur quelques unes des 114 sourates du Coran aux garçons. Ces enseignants étaient formés au niveau secondaire dans les zaouias, au niveau supérieur dans les médersas. Il ne s’agissait que de quelques lettrés. En 1860, il y a 27000 élèves dans 2000 écoles.

En 1830 à une époque où l’Europe est en plein essor industriel, l’Algérie à un énorme retard technique, économique et social dû à son régime politique et à sa culture .. Celui-ci est archaïque, de type féodal. Il est formé d’une oligarchie despotique. Le Dey est nommé par la milice des janissaires turcs qui l’assassine lorsqu’elle veut en changer( après le meurtre du Dey Mustapha qui se disait ami de Napoléon 1er, son remplaçant le Dey Ahmed est au pouvoir pendant 3ans jusqu’au 23 juillet 1808 où il est renversé. Le nouveau Dey est décapité le jour même de sa nomination et Ahmed reprend le pouvoir dès le lendemain, ce jusqu’au 7 novembre 1808 où il est pendu. Ali Khodja qui lui succède meurt à la suite d’une guerre malheureuse contre les Tunisiens . Son successeur Hadj Ali promu en 1809 ne se maintient que 4 ans au pouvoir et meurt empoisonné le 22 mars 1815 . Omar, renégat grec coopté pour prendre sa succession se récuse par crainte et c’est Mohamed qui est élu Dey. Il est assassiné 14 jours plus tard) . C’est un régime tyrannique qui fait régner l’arbitraire, l’injustice, l’oppression et le vol.( 8). La règle est celle de l’exploitation des populations qui vivent sous le joug des janissaires turcs, de leurs féodaux et des tribus arabes maghzen qui après les avoir converti de force à l’Islam, prélèvent l’impôt.(9)

Contrairement aux autres colonies, l’Algérie fut une colonie de peuplement et la colonisation terrienne sans être très importante fut loin d’être négligeable. Les terres attribuées aux colons furent principalement celles du domaine turc (1 million d’ha ), les marécages et les friches que personne ne voulait donc sans propriétaire et 200.000 ha de terres incultes dont 168000 dans la province d’Alger. Il y eut aussi les terres du domaine turc confisquées aux tribus rebelles de la mitidja ( les Hadjoutes)et du sahel ainsi que celles appartenant aux religieux moyennant l’entretien de leurs établissements qui vivaient de ces rentes ce qui équivalait à leur octroyer une rente perpétuelle indexée sur le coût de la vie.

La colonisation terrienne était indispensable pour développer le pays. L’Algérie n’avait pas à l’époque assez de cultivateurs et leurs méthodes étaient des plus archaïques ( grattage superficiel du sol avec l’araire, absence d’irrigation, charrue antique, méconnaissance de la greffe des oliviers ). Il fallait aussi rendre salubre ce pays. Dans tous les sens du terme les colons n’ont pas volé leurs terres. Bien au contraire pour remettre ce pays sur pied, ils ont payé un lourd tribut, un tribut très lourd, un tribut trop lourd. La mortalité chez les premiers colons qui obtinrent des concessions fut énorme, environ 15% avec une pointe de 75% dans le constantinois. En 1848 sur 20000 postulants moins de 50% restèrent en Algérie dont seulement 3071 dans les colonies agricoles, plus de 3000 moururent et 7000 repartirent en métropole. Les indigènes qui avaient aussi droit à des lots de colonisation pallièrent les vides(10) .
Ces colons s’ils ont mérité de génération en génération leurs domaines ne méritent pas les calomnies dont certains par envie, jalousie les ont couvert et les couvrent encore aujourd’ hui. En 1863 sur 900000 ha réservés à la colonisation, Augustin Bernard nous indique que 750000 furent donnés aux autochtones, 100000 à la société générale algérienne et 50000 aux colons français.(11)
La colonisation c’est le développement agricole de l’Algérie et depuis 1868 ( famine de 1866 ) la fin des famines. A une agriculture archaïque sur des terres insuffisantes faute d’irrigation, incapable de nourrir la population a succédé une agriculture ultra moderne. L’agriculteur français d’Algérie voulait avoir les machines agricoles les plus récentes, recherchait les dernières innovations techniques en la matière. Il ne ressemble nullement à l’agriculteur métropolitain qui se méfie du progrès technique et préfère thésauriser qu’investir. L’algérien est un jeune pionnier qui a l’audace du risque et qui emploie engrais, semences sélectionnées et machines performantes. Cette volonté a permis de défricher et de drainer des centaines de milliers d’ha plantés de vignes, de céréales, de coton, d’oliviers, d’arbres fruitiers et de faire vivre décemment de nombreux ouvriers agricoles européens et indigènes. Mais c’est aussi la mise sur pied de coopératives( 12) qui va apporter une aide technique au fellah par la fourniture de matériel agricole et du crédit nécessaire afin qu’il cesse de cultiver avec sa vieille charrue, son couffin d’engrais animal et sa confiance en Allah qui déciderait du sort de sa récolte, bonne ou mauvaise. C’est la mise en place d’une formation agricole avec la création d’un institut agricole, de 2 écoles régionales, de 5 écoles pratiques, d’un institut ménager agricole et d’une école ménagère agricole.
Par tête d’habitant, sa production agricole la place avant l’Italie. Des régions où l’arbre était totalement inconnu avant la présence française sont devenus de véritables vergers ( Relizane, Perregaux ). L’arboriculture fruitière représente 12 % de la production agricole pour 4 % de superficie cultivable.

La colonisation c’est avant tout la création d’un service sanitaire exceptionnel puisqu’il comprend 28 hôpitaux publics, 2 hôpitaux psychiatriques, 2 sanatorium et 4 préventorium publics, une station hydro climatique à Hammam Rhiga, des dispensaires anti tuberculeux, antivénériens et antitrachomateux, un centre anticancéreux et un institut Pasteur.
Ce sont 45000 lits, 1500 médecins dont 200 musulmans issus de la fac de médecine d’Alger qui a remplacé en 1909 l’école de médecine crée en 1857. Ce sont 600 pharmaciens parmi lesquels 60 musulmans et environ 800 chirurgiens dentistes.
Un extraordinaire effort financier avait été consenti pour lutter contre la maladie et la mort, pour enseigner et imposer l’hygiène. Les médecins militaire et ceux dits de colonisation ont été à l’œuvre jusqu’au plus profond du Sahara comme la doctoresse Renée Antoine sillonnant les étendues sahariennes pour combattre le trachome et rendre la vue « Comment oublier la foule qui se pressait devant le bel hôpital d’Adrar à l’heure de la consultation.Le « colonialisme » français nous a donné ces spectacles exaltants et nous en avons tiré en même temps qu’une leçon d’humilité en présence de tant de dévouements et de tant de bienfaits, une fierté d’appartenir à la nation conquérante bien plus par ses batailles contre la faim, l’ignorance, la maladie et la mort que par les armes qui détruisent » M. C-E NAEGELEN.(12 bis)

La colonisation c’est aussi la mise en place de l’Instruction en tant qu’institution. Malgré les innombrables difficultés du début(13) en particulier financières pour la construction d’écoles, la formation d’un corps enseignant important et spécialisé, l’importance du territoire à couvrir ( 2376391 km2 )et les difficultés d ‘accès, une véritable scolarisation débute dès 1880 pour accueillir en 1960, 829094 élèves musulmans soit un pourcentage de scolarisation de 56% .Le pourcentage de scolarisation a toujours été supérieur au taux de croissance de la population.
L’instituteur exerce non seulement une activité d’enseignant mais aussi une activité médicale donnant les soins de sa compétence et alertant le médecin de colonisation dans les cas graves. Avec les écoles primaires se sont aussi développés les enseignements secondaires et supérieurs, la fac d’Alger étant devenue la seconde de France formant médecins, pharmaciens, avocats, chercheurs, professeurs. Outre les collèges et Lycées à Oran, Constantine et Alger on trouve dans cette dernière une école nationale d’Agriculture, d’ingénieurs, de commerce, de marine marchande et des Beaux Arts.

Dans l’hydraulique, les romains avaient édifié des barrages de dérivation de 2 sortes, à irrigation d’été, et, d’hiver-printemps dont ont continué à se servir les indigènes quand ils ne les ont pas laissé tomber en ruines ( 14 ) L’eau est vitale en Algérie et si les pluies sont abondantes, elles sont très irrégulières dans le temps et l’espace transformant faute d’exutoires suffisants vers la mer, les plaines du Tell en marécages développant les maladies infectieuses. Il fallait donc créer des réserves d’eau permettant l’irrigation et l’arrosage pendant la période sèche ainsi que des canaux d’irrigation et des conduites de distribution. Il fallait aussi stabiliser les sols en amont afin que les barrages ne soient pas comblés par les dépôts provenant de l’érosion. Enfin il fallait assainir les plaines marécageuses comme la Mitidja et la plaine de Bône. La France construisit 18 grands barrages de retenue dont ceux dits de la technique espagnole, barrages réservoirs qui permirent d’avoir plus de 800 millions de m3 de réserves d’eau pour irriguer plus de 200000 ha de terres(après « l’indépendance » les objectifs des programmes planifiés pour l’hydraulique entre 1967 et 78 comportaient la réalisation d’une vingtaine de barrages. 3 seulement ont été achevés au cours de la période remarque Pierre Simon THIERRY in La crise du système productif algérien thèse en sciences éco , Université de Grenoble 1982 p 139). Elle réalisa les travaux d’assainissement des marécages.

Pour développer l’élevage intensif d’ovins et faire de l’Algérie un des principaux exportateurs on mit en place pour les hauts plateaux oranais un programme prévoyant la création de 450 points d’eau avec un maillage de 15 kms correspondant au déplacement jounalier d’un troupeau au pacage. Ce programme fut interrompu fin 58 pour raisons d’insécurité, 130 forages ayant pu être finis.

Du réseau très dense de voies de communication crée par les romains et qui atteignait près de 20000 kms, il ne reste plus rien en 1830. Plus une seule voie carrossable. Pour aller d’Alger à Oran à cheval, il fallait au moins 10 jours. La France a du rebâtir ex nihilo une infrastructure routière qui a nécessité de nombreux ouvrages d’art en raison des difficultés techniques dues à la configuration géographique, à la nature des sols et à l’étendue du pays. En 1962 l’Algérie c’est 26000 kms de routes de bonne qualité auxquelles il convient d’y ajouter pistes et chemins soit au total 60000kms de voies. Il y a aussi 6000 kms de voies ferrées ainsi que des infrastructures portuaires ( 15 millions de tonneaux pour 10000 navires) et aéronautiques remarquables. Alger est le second aérodrome de France.

La France a non seulement effectué un transfert de technologie mais aussi un transfert de richesses. De 1948 à 1959, 446,4 milliards de francs ont été transférés par la France à titre d’aide. Les investissements sur fonds publics se sont aussi comptés en milliards de francs (114 en 58 , 124,3 en 59 et 150 en 1960 ). Ces fonds sont autant d’investissements détournés au détriment de la métropole. Grâce à ceux ci et au développement de l’exploitation minière, l’industrie a en 58, pour la première fois dans son histoire dépassé la production agricole. C’est la colonisation qui a mis en service l’exploitation minière.

L’œuvre réalisée et les sacrifices consentis par la France et les français est énorme, phénoménale. La colonisation française a été en tous domaines bénéfique pour l’Algérie.

Les témoignages de musulmans confirment s’il était nécessaire l’état de la Régence barbaresque et ce qu’ils ont pensé de l’œuvre de la France.
Le premier Alî al Masrafi auteur de plusieurs ouvrages en langue arabe écrivit un traité d’histoire générale resté manuscrit et terminé en 1882 dans lequel nous pouvons lire qu’
« Alger a des remparts inexpugnables, un port agrandi ; de nombreux immeubles s’y sont construits de telle sorte que la superficie de la ville a augmenté considérablement. Alger est le Paris de la côte africaine…. . Les français ont élargi les rues pour les véhicules et raccourci les distances qui séparaient les grandes villes : d’Oran à Alger il fallait 10 jours pour le cavalier pressé ; aujourd’hui 16 h suffisent y compris les attentes, les ralentissements et les haltes dans les gares. Le pays était en grande partie fait de déserts et de régions inconnues, de cols franchissant les montagnes, de côtes rudes à gravir. Les français ont aplani le tout et nivelé dépressions et coteaux. Ils se sont emparés de toutes les grandes villes, de toutes les régions, du Mzab à la Kabylie. Leur autorité s’étend sur tous… Sur tout le territoire, l’homme peut marcher seul, à proximité ou loin des villes, qu’il soit militaire ou étranger ; en quelque lieu qu’il se dirige, il trouve subsistance et protection ; il ne rencontre personne qui lui dise : « allons, loin d’ici ! » et cela à cause de l’équité des agents de l’autorité, de l’opportunité des décisions prises et de la fixité des mesures pénales qui s’appliquent indistinctement aux fils, aux pères, aux aïeuls. Le sang est versé à l’endroit même où il a été versé…Il n’est pas d’intercession possible pour le voleur ou l’agresseur, même si c’est un personnage arabe ou européen ; la spoliation des biens, chez eux, est une chose aussi rare que le griffon….Ils ont fait cesser l’arbitraire et l’injustice et empêché les mains criminelles d’accomplir, leurs forfaits. C’est pourquoi la population indigène leur adresse des louanges, car elle se sent sûre dans ses personnes et dans ses biens contre la tyrannie des détenteurs de pouvoir
« Nous avons été témoins de la bonté et de la sollicitude des français à l’égard des meskines musulmans ; ….Les Français n’ont nullement contrecarré la religion des musulmans, pas plus dans la campagne que dans les villes comme ils n’ont montré aucune hostilité à l’égard de celui qui avait changé de religion…Ce qui le prouve, c’est que les français sont ici depuis une cinquantaine d’années et le musulman est resté musulman et le savant, savant …Alger, grâce à Dieu en ce qui concerne les savants musulmans (oulémas), est restée dans la même situation qu’auparavant ; elle ne manque ni de lecteurs distingués ni de jurisconsultes lettrés ni de prédicateurs marquants. Les mosquées sont fréquentées par les étudiants et les écoles sont toujours pleines d’enfants…Acquiers ce que tu veux, mange à ta guise, habille toi à ta volonté, professe l’opinion qui te plaît, construis si tu veux le palais d’Iram aux mille colonnes, mais garde toi de te mal conduire, d’opprimer tes semblables, de voler le bien des autres !…
Les français ont crée de grands centres dans la région de Mascara, comme à l’Oued-Sig et à l’Oued-Habra. Ils ont fait disparaître les jujubiers sauvages aux épines redoutables, les genêts, les tamaris et les arroches-halimes. Ils ont planté des arbres fruitiers dans les endroits où on n’en trouvait pas autrefois ; et ainsi ils ont transformé la région en une oasis verdoyante. Une poire ou une pomme pèse tout près d’une livre ; une grappe de raisin suffit à rassasier deux ou trois personnes à condition toutefois qu’elles ne soient pas trop avides. »

Le second témoignage provient du dénommé Mohammed Baïram V un tunisien. En 1878 de retour d’Europe et débarquant à Bône, il faisait un crochet jusqu’à Alger et écrivait la relation de ses voyages : « Si l’Algérie a été prise par les Français c’est que Dieu l’avait décrété. Quand Dieu décide de la décadence d’un peuple, on voit alors les mœurs de ses chefs se corrompre ; la corruption s’aggrave et le pouvoir passe entre les mains d’hommes indignes. Dieu provoque la disparition de ce peuple. Ce n’est pas le gouvernement turc central mais les janissaires et les beys qui méritaient une telle leçon : n’étaient-ils pas coupables du crime de tyrannie, n’avaient-ils pas commis les pires exactions, toutes choses qui entraînent les catastrophes les plus graves ? » Il ajoute « On observe encore quelques rebellions, mais les Français impartiaux sont les premiers à reconnaître qu’il faut traiter les indigènes avec plus de justice et leur accorder plus de libertés. Certains vont même plus loin : ils voudraient l’égalité complète avec la France. Dans la métropole beaucoup partagent ces idées ; Napoléon III avait beaucoup fait pour améliorer le sort des indigènes… La population indigène est considérée comme étant placée sous la protection de la France et non comme jouissant des droits de la naturalisation. La demande de naturalisation est libre ( 14) ; beaucoup l’ont demandée, les uns par ambition personnelle, les autres pour se faire bien voir, d’autres enfin pour obtenir des grades élevés dans l’armée… » Il ajoute plus loin que « Les indigènes en général préfèrent la justice française à la justice des cadis ».( Henri Pérès :L’Algérie vue par 2 voyageurs musulmans, in Congrès de la Fédération des Sociétés Savantes d’A.F.N.,Alger 1935.)
Al Masrafî qui a connu le régime précédent avant 1830 a pu en toute objectivité juger la différence entre 2 états dissemblables de son pays à 50 ans d’intervalle et comparer 2 régimes où pour l’un l’exploitation était la règle alors que pour l’autre l’occupation se concevait comme une mission civilisatrice, de mise en valeur, de développement. De par sa situation sociale, classe moyenne, son témoignage et ses appréciations reflètent ce que pensait l’ensemble de la population musulmane sur les français et la colonisation.

Ces témoignages sont la preuve évidente de ce que disait Bugeaud qu’il fallait faire connaître aux algériens « notre bonté et notre justice ».


Toutefois certains affirment que la colonisation a présenté surtout des côtés négatifs laissant entendre qu’il s’agissait de colonialisme. Cela implique que les phénomènes nés de la colonisation ont été pires que ce qui existait auparavant pour les populations autochtones comme par exemple le massacre quasi total des indiens d’Amérique du Nord par la colonisation yankee ou le démontage en 1945 par les soviétiques d’usines entières en Europe centrale pour les remonter en Union soviétique ou la ruine de l’économie rurale et l’asservissement à l’Islam par les arabes des populations berbères lors des invasions hillaliennes et beni soleim en Afrique du nord ou les effets dévastateurs des maladies apportées par les européens en Amérique latine qui ont décimé les populations. Pour certains algériens tel Boutéflika et certains de ses séides du FLN il en va de même. Le 2 juillet 2006 lors d’un colloque international à Alger, il a osé affirmer que « la colonisation en Algérie est l’une des formes les plus barbares de l’Histoire, caractérisée par la destruction et les violations flagrantes des droits naturels et civiques du peuple algérien » (lequels? Est-ce que le peuple algérien avait des droits avant l’arrivée des français ?)Les populations du moghreb n'avaient aucun droit sous le joug des turcs qui se considéraient d'ailleurs comme supérieurs.


Rien de tout cela n’a été réalisé par la France. Pas de massacre de populations indigènes bien au contraire, pas de conversions forcées bien au contraire respect de la religion (musulmane) et des coutumes y attachées( statut personnel, régime fiscal) ce qui paradoxalement va servir de levier contre la France par la ségrégation religieuse ( interdiction à une musulmane d’épouser un non musulman ) et le mépris pour le non musulman( l’Islam serait la seule vraie religion( 15 ). Par contre la France a crée ex nihilo une économie agricole et industrielle par des transferts de compétence technologique et de richesses qui ont fait cruellement défaut à la métropole mais ont permis la suppression des famines qui décimaient les populations et l’augmentation du niveau de vie des indigènes, l’abaissement du fort et inquiétant taux de mortalité que connaissait l’Algérie par l’assainissement à nouveau du pays et la mise en place d’une politique de santé qui allait entraîner le recul des maladies et la disparition totale des épidémies qui décimaient aussi les populations ce qui paradoxalement du fait d’un taux de natalité galopant chez les indigènes musulmans va créer des problèmes à la France et aux politiciens français.

On peut raisonnablement songer que si la colonisation n’avait pas existé la probabilité pour que 8 sur 10 des indigènes n’ait ni vu le jour ni survécu était certaine.Abdelazziz Boutéflika n’existerait certainement pas. Et il doit tout comme A. Belkhadem sa naissance et son existence à la colonisation française et à la croissance de la population qu’elle a permis. Ces individus y ont-ils songé ? Je suis sûr que non.

J’avoue objectivement que j’ai eu le plus grand mal à déterminer et expliquer les méfaits que certains cherchent à imputer au colonisateur français. En fait ne s’agit-il pas plutôt de slogans ? Tout laisse à le penser quand on nous dit que :

Les indigènes subissent le joug colonial. En quoi consiste t-il ?

Ce serait une soumission voire un asservissement de l’indigène berbère, kabyle et arabe au pouvoir jugé tyrannique du français. Mais peut-on inclure dans l’indigène, l’Arabe qui a imposé un pouvoir tyrannique aux berbères lors des invasions des beni hillal et des beni soleim au 11ème siècle (1050), qui a imposé l’islamisation forcée à ces populations berbères et chrétiennes pour la plupart leur faisant perdre une grande partie de leur histoire et de leurs racines (16) . Pour les partisans de la remise de l’Algérie au FLN, l’Arabe musulman est considéré comme un autochtone mais pas le Français de la 4ème génération né en Algérie.
Et qu’en est-il alors du juif d’Afrique du nord présent depuis l’antiquité ?
En fait si les populations algériennes ont avant l’arrivée des Français subi la tyrannie des musulmans, en particulier des musulmans turcs, le joug imposé par la France n’est nullement coercitif. Quand on songe aux bienfaits décrits plus haut c’est un joug bien doux, bien agréable, bien supportable.
De quelle façon ce joug est-il ressenti ?

Par l’existence du 2ème collège dans lequel se trouvent tous les musulmans accrochés au statut personnel qui donne un sentiment d’inégalité. Est-il réellement ressenti comme tel par l’ensemble des populations (14) ? Ne serait-ce pas plutôt l’élite musulmane, la bourgeoisie musulmane ( Ferat Abbas,pharmacien, Krim Belkacem, fils de Bachaga, Ben Boulaïd meunier propriétaire des moulins des Aurès ……….) qui pour obtenir et détenir le pouvoir dans le pays s’en sert comme motif et essaye de le faire ressentir comme tel, de l’inculquer par la propagande aux électeurs de ce collège. Leur position sociale, l’instruction acquise des colonisateurs leur a aiguisé les dents qu’ils ont longues comme on le verra à la remise de l’Algérie au FLN en 1962 (17) et, ils exploitent les difficultés de leurs coreligionnaires et certaines erreurs et sottises de l’Administration coloniale au profit de leurs ambitions. Si la colonisation n’avait pas existé, cette bourgeoisie existerait-elle ? Que non.

Par une attitude méprisante du français d’Algérie vis à vis du musulman. Ne généralise t-on pas ? N’est ce pas de la part de la majorité des européens une attitude condescendante, un sentiment de supériorité technique ( bien réel ) ? Objectivement c’est bien plutôt cela, ce qui n’exclut pas que quelques uns puissent le ressentir comme une attitude de mépris d’un groupe dominant sur un groupe dominé. Et quoiqu’étant de bonne foi c’est une idée totalement subjective dans laquelle la religion n’est pas totalement absente et dont est responsable la doctrine religieuse. Ne sont-ils pas dans l’erreur la plus totale ? C’est certain car le mépris est plutôt le fait de certains musulmans (qui étaient très loin d'être une majorité )




Par la mise en place d’un code de l’indigénat.
Là se pose un problème est-ce que ce code existe ou n’a t-il pas été crée pour torturer la réalité et la faire coïncider avec l’idéologie que l’on promeut ? Je n’ai pas trouvé trace de ce code administratif.

En fait à l’arrivée de la France en 1830 le droit français se heurtera à un droit des personnes d’essence religieuse. Quoique ce droit soit inconciliable avec le rationalisme français du XIX ème siècle, le colonisateur ne veut en aucun cas imposer son droit. Ce pluralisme statutaire a été une tolérance, transitoirement protégée et appelée à disparaître avec l’évolution de l’individu. En fait il s’agit d’un statut personnel, régime d’exception pour les colonisés musulmans afin de respecter leurs us et coutumes religieuses. Ils restent soumis à la loi coranique très différente du code civil qui permet la polygamie, le mariage forcé, le divorce uniquement pour le mari qui répudie son épouse, l’inégalité entre l’homme et la femme en matière d’héritage au détriment de la femme. On voit donc que l’acculturation dont des idéologues accusent les colonisateurs n’a pas existé mais qu’elle aurait mérité de l’être quand on voit la condition de la femme. Il aurait fallu dès la conquête imposer les règles du code civil dans le cadre des rapports homme-femme.

Dès 1874, une liste d’infractions sanctionnables par la justice française est élaborée en cas de :
réunion sans autorisation, d’actes irrespectueux, du départ du territoire communal sans autorisation. Contrairement à ce que cherchent à faire croire ces idéologues ce n’est pas une atteinte à la liberté ( de réunion, de circulation). C’étaient plutôt des mesures de prévention qui n’étaient pas strictes mais sur lesquelles on pouvait s’appuyer en cas d’incidents très graves. La meilleure preuve en est donnée par l’ethnologue Germaine Tillion qui lors de son retour dans un village des Aurès 2O ans après constate que la société étudiée a sombré. Les colonisateurs ont éradiqué le paludisme et les autres maladies et construit une route. Cette route a facilité l’exode rural pour fuir la misère. Quid de l’atteinte à la liberté de circulation ?

Il est remarquable de constater que quoi qu’aient fait les colonisateurs c’est toujours mal pour certains de nos compatriotes qui n'hésitent pas à travestir la vérité.

Non seulement les colons auraient spolié les indigènes de leurs terres mais ils les exploitaient en tant que salariés.
On a déjà vu ce qu’il en a été de la terre. Ce sont les terres de l’Etat turc et des seules tribus rebelles( aux français) qui le servent ( magzhen ) et oppriment les populations ainsi que les terres en friche ou marécageuses qui sont attribuées non seulement aux colons européens mais aussi aux autochtones qui le demandent. Quant à l’exploitation des musulmans « faire suer le burnous » comme disaient les envieux, c’est vouloir expliquer le développement et la forte productivité de l’agriculture non par les méthodes d’organisation et de formation aux savoirs, l’utilisation des machines les plus modernes avec la pratique du crédit mais par l’exploitation des salariés indigènes comme essaie de le montrer le très marxiste Yves Courrière dans son fumeux et rocambolesque échange de pain contre du raisin( la guerre d’Algérie tome n° p ) et sa généralisation à tous les agriculteurs européens bien sûr. En réalité c’est l’inverse comme le montre l’action du service de la défense et de la restauration des sols qui entreprit la restauration des reliefs sur les terres collectives dites « melk » des autochtones les associant à la restauration de leur propre patrimoine de plus en les rémunérant.Ce qui était et est exceptionnel. De 1938 à 1959, les travaux de la D.R.S. portèrent sur 240000 ha pour un coup en francs de l’époque de 11 milliards ( 18) . Par contre les rapatriés découvriront dès 1962 que l’exploitation est surtout pratiquée en Métropole et bien souvent à l’encontre des salariés français par des patrons ou des cadres dirigeants dits« de gauche » ou gaullistes tout comme ils découvriront que les pensions des anciens combattants indigènes de la seconde guerre mondiale qui leurs sont octroyées par des dirigeants qui se disent républicains, c’est à dire pour le principe d’égalité et démocrates sont nettement inférieures à celles des français.(17b)
Il faut signaler qu’en fait d’exploitation c’est le phénomène inverse qui s’est produit (18).

Le dynamisme et la supériorité de gestionnaire de l’agriculteur d’Algérie sur son compatriote de Métropole font des envieux et des jaloux qui ne veulent pas les reconnaître et tentent de faire croire que la plus grande productivité provient d’un coût salarial moindre résultant d’une exploitation des indigènes (« lui font suer le burnous »).Le métropolitain qui se voit supérieur au français d’outre mer tout comme le parisien pense l’être sur le provincial est sûr de son fait ou finit par s’en convaincre alors que la réalité est toute autre. Tandis que la plupart des colons et patrons français d'Algérie rémunèrent convenablement leurs salariés européens et indigènes et que l'administration coloniale était d'une générosité inconnue ailleurs envers les indigènes,un bon nombre de patrons français sous payait ses salariés métropolitains,la plupart des colons musulmans exploitaient les leurs et l'Administration française sous payait les pensions de ses salariés moghrébins ( armée, mines)

Les colonisateurs auraient pillé les colonies de leurs matières premières, de leurs ressources minérales.

Ces idées sont apparues après l’abandon des colonies. Elles sont nées de la formulation lénifiante de Lénine qui affirmait que « plus le capitalisme est développé, plus le manque de matières premières se fait sentir, plus la concurrence et la recherche des sources de matières premières dans le monde entier sont acharnées, et plus est brutale la lutte pour la possession des colonies ».
Pour ce qui est des matières premières agricoles, il ne restait plus grand chose de la prospérité romaine, ce qu’écrivait déjà Ibn Kaldhoun. Non seulement les colons ont rétabli la prospérité de l’agriculture doublant, triplant les rendements pour les céréales tels le blé et l’orge, mais ils ont reconstitué avec les riches et innombrables vergers une arboriculture qui permettait de nourrir les populations.
En ce qui concerne les matières premières minérales(19) que les Français auraient pillé s’il y a effectivement eu des exploitations minières, en particulier les mines du Zaccar ( près de Miliana )qui produisaient 5 millions de tonnes de minerai de fer et 130 000 tonnes de blende ( minerai de zinc) provenant surtout de Sakamody, du plomb et dans le sud du charbon et du pétrole, elles ont permis de fournir un emploi aux indigènes et surtout de permettre l’industrialisation de l’Algérie (20).En fait de pillage, les minerais ont de plus en plus été utilisés sur place en Algérie. Lors de la remise de l’Algérie au FLN aucun minerai n’a été pillé et n’est épuisé bien au contraire par exemple les minerais de fer, de cuivre et d’uranium dans les régions de Tindouf et de Colomb-Béchar n’ont pas été exploités. Ne devraient-ils d’ailleurs pas revenir au Maroc(21) ?
Le charbon a été importé de métropole, par exemple en 1938 ce sont 338022 tonnes de houille qui ont été importées, le gisement de Kenadsa(21b) dont la présence avait été découverte par les Français n’ayant été que très peu exploité.
Depuis 1962 le secteur minier très riche étant très mal exploité( c’est un euphémisme) a fait l’objet en 2001 de la loi sur les mines octroyant des permis d’exploitation à des compagnies privées étrangères.
40 ans plus tard les dirigeants algériens sont encore incapables d’ assurer l’exploitation des richesses minières par incapacité technologique et capitalistique (22)
Le sahara que les Algériens ne connaissaient pas et ne voulaient pas connaître fut réclamé par les dirigeants FLN qui voulaient se l’annexer pour s’en accaparer les richesses minières spoliant ainsi les populations sahariennes, se livrant à ce qu’on peut réellement appeler un pillage colonial puisque non seulement tous les gisements miniers ont été découverts par les français mais que le pétrole et le gaz naturel qu’ils se sont appropriés en premier lieu ont été découverts et exploités avec des capitaux, des ingénieurs et des techniciens français.(23)

La France a laissé une riche et prospère agriculture,La France a laissé une industrie prospère en plein développement avec les richesses minières et énergétiques sahariennes.

La colonisation a donc été une œuvre très bénéfique, indispensable quand on voit ce qu’était « le quartier général des pirates les plus cruels que le monde ait connu » Gordon Casserly et ce qu’était devenue l’Algérie en 1962, un pays agricole et industriel moderne, doté d’une infrastructure remarquable,(23) de centres de formation, d’une population active, d’un encadrement performant dans les secteurs productifs, pays qui avec une énergie quasiment gratuite, le pétrole et le gaz sahariens, allait devenir une des premières nations industrielles du monde voire la première.

Est-ce que la décolonisation survenue en 1962 a été plus bénéfique ? et était-elle donc justifiée ?

Cette décolonisation a-t-elle été démocratique, c’est à dire y a-t-il eu une consultation populaire de la population concernée ou de ses élus pour savoir si cette décolonisation prendra la forme de l’autonomie ou de l’indépendance ?

Quelles sont les thèses en présence à l'époque et quels en sont les auteurs ?

2 thèses s'opposent : la thèse comptable et la thèse économique.
La thèse comptable:
Les financiers dont les banques internationales et la haute bourgeoisie parisienne en particulier qui fournit ceux qu'on appelle les "grands commis" de l'Etat, les "hauts fonctionnaires" défendent la thèse comptable. Par exemple Delouvrier qui n'était surtout pas un économiste était par contre un financier et un commis de l'Etat. Pour les tenants de cette thèse l'Algérie coutait cher à la métropole et en entrainant une croissance rapide pour les entreprises par les besoins à satisfaire en Algérie permettait à celles ci une formation brute de capital fixe importante. L'épargne des entreprises était largement suffisante pour s'autofinancer et le recours aux financiers et au crédit n'était pas nécessaire.Cela explique que les financiers qui n'ont en vue que leurs seuls intérêts matériels concevaient ce genre de situation comme catastrophique pour eux.
Une étude fournie à de Gaulle faisait apparaitre que les débouchés créés aux entreprises françaises entaînaient un coût de 400 millions de nouveaux francs à leurs détriment (!!!).
Les débouchés offerts par l'Algérie étaient négligeables et pas du tout rentables !! Pourtant l'Algérie n'était-elle pas le premier client de la métropole ?
Une autre légende diffusée à l'époque laissait croire que l'extraction du pétrole coûtait 10 fois plus cher que le pétrole saoudien, ce qui était fallacieux et quid du gaz ?( 25)
La thèse économique:
Les économistes par contre montraient et démontraient que l'abandon de l'Algérie mais aussi du Sahara au FLN allait priver la France d'un développement industriel extraordinaire et unique dont allait bénéficier l'Algérie par le transfert d'entreprises et de processus technologiques. L'Algérie dont le développement industriel avait toujours été ralenti par l'absence d'énergie disponible avait du consentir à de gros investissements en barrages pour la fourniture d'énergie hydro-électrique et l'irrigation. Bien qu'en 58 la production industrielle ait été pour la première fois supérieure à la production agricole en Algérie plus rien n'allait pouvoir freiner une croissance industrielle phénoménale et une production nationale
suceptible de faire vivre et même très bien vivre une population supérieure à 100 millions d'habitants. Les économistes soulignaient par ailleurs que depuis la création de l'Opep en septembre 1960, l'Iran, l'Irak, le koweit,l'Arabie saoudite et le Vénézuela avaient mis en avant 3 objectifs: augmenter leurs revenus pétroliers, unifier les politiques de production et assurer leur main mise sur les gisements ce qui obligeait la France à ne pas remettre l'Algérie, surtout au FLN cela devant inéluctablement entraîner non seulement de grosses difficultés d'approvisionnement mais des coûts pénalisants pour la croissance de notre économie ce qu'on nommera en novembre 1973 le choc pétrolier qui est la cause principale du chômage que les dirigeants successifs n'ont à aucun moment pu résorber faute de compétence économique( et de rigueur, d'efficacité des dépenses publiques et deréduction des traitements et du train de vie du gouvernement et des élus )
Les avertissements de ces économistes s'ils furent connus en Algérie ne le furent en métropole que d'un tout petit nombre, de Gaulle les considérant non comme des intervenants avisés mais comme des opposants et donc soumis à une conspiration du silence dans les medias tenus déjà à cette époque par l'Etat et la finance.

Par ailleurs, les gaullistes, les financiers et la haute bourgeoisie ne voulaient pas que les musulmans, ces clochards comme ils les appelaient,ne soient Français et puissent venir vivre en métropole parmi la population française, sentiment raçial que partageait une grande partie de l'opinion métropolitaine et d'ailleurs je l'ai découvert aussi certains pieds noirs après leur installation en métropole. Là aussi une méconnaissance profonde caractérisait ceux qui pensaient ainsi sous estimant l'évolution vers le progrès et la modernité accomplie par une grande partie de la population musulmane et qui allait en quelques années se généraliser. Il y a bien lontemps pour beaucoup que la djellaba, le turban et le voile des femmes ne se portaient plus ( en 58 les femmes musulmanes qui le portaient encore l'avaient brulé lors des manifestations de fraternisation sur le forum d'Alger.
Dès 1959, on est certain que de gaulle ne veut plus de l'Algérie et de ses indigènes musulmans pour un motif culturel voire racial. Est ce sous l'influence de la nomenklatura française ou sous son seul jugement erronné:
"Les musulmans, vous êtes allés les voir ? Vous les avez regardés avec leurs turbans et leurs djellabas ? Vous voyez bien que ce ne sont pas des Français. Ceux qui pronent l'intégration ont une cervelle de colibri, même s'ils sont très savants. Essayez d'intégrer de l'huile et du vinaigre.Agitez la bouteille. Au bout d'un moment ils se sépareront de nouveau. Les arabes sont des Arabes, les Français des Français. Vous croyez que le corps français peut absorber 10 millions de musulmans, qui demain seront 20 millions et après demain 40 ? Si nous faisions l'intégration si tous les Arabes et les berbères d'Algérie étaient considérés comme Français, comment les empêcheriez vous de venir s'installer en métropole alors que le niveau de vie y est tellement plus élevé. Mon village ne s'appelerait plus Colombey les 2 églises, mais Colombey les 2 mosquées."

Son jugement était tout à fait erroné puisque s'il y avait du travail en Algérie pourquoi la quitter pour un climat plus rigoureux et une région inconnue surtout pas Colombey les 2 églises où il faut être quand même "spécial voire limite" pour aller vivre là bas si on n'y est pas né.

Par ailleurs, en 1960, le 10 juin,le chef de la wilaya 4, Si Salah et ses 2 adjoints, les commandants si Mohammed et Si Lakhdar qui représentent la moitié du potentiel de l'ALN sont secrètement reçus par de Gaulle à l'Elysée.Coupés et abandonnés de l'extérieur, vaincus et las de se terrer, ils proposent un cessez le feu qui n'est qu'une reddition sans condition, la fin du FLN de l'intérieur et la paix totale. Quel succès, quel triomphe cela aurait été pour de Gaulle non seulement en France mais dans le monde, même s'il n'y était pour rien!
Mais il va s'empresser lui même de saboter 4 jours plus tard ce cessez le feu en adressant une invitation aux dirigeants de l'extérieur qui ne représentent vraiment plus rien alors qu'il n'y a aucune urgence.
Cette invitation prouve bien que de Gaulle et ses mauvais conseilleurs ne voulaient pas de musulmans français.

Cette décolonisation a t-elle été démocratique?

La population algérienne a t-elle été consultée démocratiquement?
Y a t-il eu négociation avec ses élus en vue d'accords?

De Gaulle et la pseudo élite majoritairement parisienne à l'esprit étriqué et de ce fait manipulatrice ont masqué aux Français leur politique de remise de l'Algérie au FLN.


Faisant fi des conséquences immediates désastreuses plus de 154000 morts et plus de 21700 blessés,la tragédie des disparus enlevés après le 19 mars 62(militaires du contingent, civils français), le pogrom du 5 juillet 1962 à Oran, le génocide des harkis et des musulmans manifestant leur fidélité à la France,l'exode de plus d'un million d'européens non musulmans et de centaines de milliers de musulmans, il avait cru avec sa haute bourgeoisie métropolitaine qui avait conservé son esprit paysan, préserver la France d'une l'immigration musulmane de culture française alors que cette immigration dont ils avaient faussement cru s'être débarrassé s'est réalisée à cause de la remise de l'Algérie au FLN et du chômage entrainé par l'incompétence de dirigeants corrompus, immigration parmi laquelle les radicaux salafistes, aggressifs, financés par l'Arabie saoudite, pays  à gouvernement totalitaire,  ne sont pas de culture française ni d'aucune autre contemporaine mais sont des arriérés ou plutôt des primitifs voulant imposer la barbarie, l'aculture de la charia par tous moyens à l'ensemble des populations où ils se trouvent.

Par malheur pour les populations des 2 pays, les financiers avaient leurs arped dans l'entourage de de Gaulle et pouvaient le manipuler.On a vu l'étude truquée,l'argument que l'Algérie coûtait bien plus cher que ce qu'elle rapportait et que le nucléaire allait remplacer le pétrole, énergie du passé dont les réserves seraient épuisées dans 20, ou au plus 30 ans ( soit en 1990)et qu'on pouvait se procurer partout ailleurs moins cher parait-il. Les hauts fonctionnaires comme Bloch Lainé qui n'étaient que des comptables mais pas des économistes, donc incapables comme nos z-énarques d'aujourd'hui de saisir les interéactions économiques et les conséquences croyaient découvrir le coût de l'Algérie mais étaient totalement incapables d'estimer la croissance de sa production et le retour sur investissement grace aux gaz et pétrole, ignorant l'importance principale du coût de l'énergie dans toute production industrielle en particulier.

Cette décolonisation a t-elle été démocratique ?

Si on suit la chronologie « l’évolution »de la politique gaulliste vers la remise de l’Algérie au FLN a été masquée avec des propositions alternatives et des ouvertures au GPRA ou aux terroristes et combattants du FLN comme la paix des braves tout en laissant le plan Challe suivre son cours. Ce fut une politique de petits pas. De plus rompu dans l’art de la politique politicienne, dans celui du complot et des combines, le "clan" gaulliste avait machiavéliquement mais habilement éliminé la plupart des hommes du 13 mai les remplaçant par des féaux en réalité du personnel médiocre et bureaucratique, ce qui peut expliquer la servilité dont ils ont fait preuve car certains n'aimaient pas du tout la politique menée par le clan gaulliste. En fait de gaulle a ignoré les élus d’Algérie et donc la voie démocratique. Il a personnellement manœuvré en vue d’arriver à un clash avec les populations algériennes, clash qui s’est produit le 24 janvier 1960 où l’ordre a été donné d’ouvrir le feu sur les manifestants français ( lors du procès des barricades les témoignages l’ont montré encore que cela n’était pas nécessaires puisque si l’armée ouvre le feu c’est qu’elle en a reçu l’ordre) ce qui a permis au pouvoir de décréter l’état d’urgence entraînant la démission du ministre des Postes et Télécommunications Bernard Cornut gentille qui a pourtant été délégué de la France libre et celle de Jacques Soustelle dégoûtés et écœurés par les méthodes et l'hypocrisie du clan.

La population algérienne a t-elle été consultée démocratiquement ?

De gaulle a eu alors les mains libres pour écarter les élus d’Algérie et mettre en place suite au référendum,en réalité un plébiscite, du 8 janvier 61, une autre administration ( executif ) entièrement dévouée à sa personne et donc à sa politique et pour imposer le silence aux députés et élus défendant une politique Algérie française « je parlerai brièvement à la radio et à la télévision et il serait très fâcheux d’organiser pendant tout ce temps là un défilé de personnalités « pérorant » sur le sujet. Objectivement, les discours de de Gaulle étaient d’une triste et navrante médiocrité, dits d'une manière déclamatoire comme s'il pérorait( 24 )ou les avait répété.

Les élus ont-ils été consultés ?

Les harcèlements, les pressions, les menaces ont été exercées contre les élus de la métropole favorables à l'Algérie française (comité de Vincennes)et des tortures pratiquées par une partie de la gendarmerie (colonel Debrosse), la police et les polices parallèles ramassis de demi sel, truands, gangsters même d'anciens gestapistes  français sans soulever la moindre protestation des idéologues, les Vidal-Naquet, Sartre etc, et les fumeuses associations et ligues de défense des Droits de l'Homme qui avaient déclenché des campagnes médiatiques contre les tortures qu'ont ou qu'auraient subis des tortionnaires, terroristes et assassins du FLN( 26)
Il convient d’indiquer que de Gaulle qui avait crié Algérie française à Mostaganem était influencé par son clan politique, les financiers, un certain patronat et la haute fonction publique qui ne voyaient pas la population de l’Algérie comme la population bretonne ou auvergnate. Après avoir parlé des « français à part entière », il avait dit à plusieurs de ses interlocuteurs venus d’Alger, à propos des musulmans « Comment voulez vous que ces gens là soient un jour français » alors qu’ils l’étaient déjà (ce n'est pas la culture qui était la qualité principale de ce général)
La finance, le patronat et ces technocrates se considéraient comme des gens très modernes qui pensaient que le nucléaire assurerait les besoins et l’indépendance énergétique de la France. Ce que la plupart des économistes contestaient sachant très bien qu’il était illusoire de croire que l’on pourrait se passer de pétrole et qu’en cas d’incidents avec le FLN ou le monde arabe cela allait entraîner des crises économiques et sociales graves en France et en Europe dues à un pétrole cher et à une dépendance énergétique à laquelle on est encore aujourd’hui ( en 2009) assujetti. En fait le nucléaire pour une bonne part responsable de la dette publique, a coûté excessivement cher aux contribuables français , plus cher que l'Algérie, et n’a pas fini de lui coûter très cher avec le démantèlement des centrales sans oublier le problème et le danger que représentent les 5% de déchets indestructibles pour les générations futures et les accidents qui se produiront un jour prochain ou plus lointain dans une ou plusieurs centrales. Comme tous les ignares à qui on confie le pouvoir politique et économique, ils ne le conçoivent pas comme un ensemble de responsabilités mais comme le moyen de s’imposer en jouant aux apprentis sorciers. Se détourner de l’Afrique et se tourner vers l’Europe leur paraissait aussi très moderne, alors qu'il était évident que l’avenir de la France ( et de l’Europe )se situait en Afrique, l’union européenne n’ayant pas grand chose à lui apporter si ce n'est problèmes, immobilisme, corruption et "populisme" des élus dans le mauvais sens du terme. En fait la France et avec elle l’Europe ont lâché « la proie pour l’ombre » ce qu’on a aussi imposé aux populations musulmanes en les livrant aux terroristes du FLN: "LA FRANCE A COMMIS UN CRIME: ELLE A LIVRE LE PEUPLE ALGERIEN AUX TUEURS ET AUX ASSASSINS" Ferhat Abbas( ex responsable ou leader du FLN).
Effectivement De Gaulle a privilégié le seul FLN nullement représentatif de la population algérienne en 62 et l'a aidé à se reconstituer et à s'armer. Il a écarté de ce fait tout processus démocratique et a bafoué le principe des peuples à disposer d'eux même en privilégiant, en aidant  et en imposant un groupe minoritaire armé .


La torture instituée par la gendarmerie mobile, donc l'armée, et des polices spéciales dites paralleles à l'encontre de la population pied noir et musulmane engagée dans la lutte pour l'Algérie française n'a à aucun moment été dénoncée par les idéologues et les médias comme La Croix qui s'empressaient de dénoncer les tortures qui ont pu dans l'urgence être exercées par l'armée française, responsable du maintien de l'ordre, ne l'oublions pas sur des criminels, des assassins et des tortionnaires pour sauver des victimes innocentes souvent des enfants. Cette attitude nullement imposée par des raisons humanitaires mais bien par une idéologie inhumaine fait qu'en vérité ces gens là comme les Vidal-naquet,Sartre sont complices de ces crimes que l'on peut qualifier de crimes contre l'humanité. Les associations de défense des " droits de l'homme", les associations catholiques, des medias comme La Croix ont été complices par leur aide et soutien, de crimes contre l'humanité.

La décolonisation a t-elle été plus bénéfique aux populations d'Algérie et de métropole?

En 62, la France  va devenir avec le pétrole et le gaz de sa province algérienne une des premières sinon la première puissance industrielle avec un taux de croissance à 2 chiffres et pouvoir fournir du travail à plus de 100 millions d'individus en Algérie. Avec l'accroissement extraordinaire du niveau de vie, l'ensemble de la population musulmane va entrer dans la modernité et taux de natalité  va s'effondrer en Algérie pour rejoindre celui de la Métropole.
Mais la remise de cette région au FLN va ruiner totalement cet essor et faire de l'Algérie un pays en faillite.
Incapable de gérer la richesse économique laissée par les pieds noirs et d'utiliser l'avantage énergétique pour développer la production de biens; elle va vendre la totalité du pétrole et du gaz découverts et exploités par les Français sans créer le moindre emploi productif.
La décolonisation si on peut nommer ainsi la remise du pays a une minorité mafieuse a été en réalité un malheur pour la population algérienne, une catastrophe et une      pour la population française qui a dû subir le choc pétrolier à cause de sa dépendance énergétique et un sous emploi chronique aggravé par une fiscalité démesurée bénéficiant à un groupe de nomenklaturistes qui détient le pouvoir en le verrouillant de plusieurs verrous.

L'apport capital et unique de la France. Qui doit faire repentance ?

- Pardon ! Mais quelle faute a bien pu commettre la France pour demander pardon ? Et à qui ? Pardon d’avoir un passé colonial ? Mais, Messieurs les détracteurs, la colonisation que vous décriez, la main sur le cœur aujourd’hui, n’est rien d’autre que ce phénomène qui a poussé l’Occident à partager l’essentiel de son avance technique avec le reste du monde qui ne l’avait même pas entrevue. L’entreprise s’est accompagnée de souffrances pour le colonisateur et le colonisé, encore que ce soit surtout morales parce que l'Islam n'est plus l'idéologie dominante et que ces souffrances sont la conséquence du fanatisme et de la cruauté … Il est le prix de sueur et de sang qu’il faut payer, mais le bilan est positif. J’en appelle à tous ceux qui ont atterri dans une colonie soumise à la loi et aux méthodes de l’Occident. Le changement de tableau est subit. Des récifs, elle a fait des ports ; de la poussière et des marais, elle a édifié des villes des aéroports, des gares, des voies ; dans cet air embrasé, elle a fait pousser des feuillages et des jardins. D'un système dans lequel régnaient l'arbitraire, l'injustice, la cruauté, la barbarie, la corruption,l'insécurité, elle a établi la sécurité, le droit, la justice, l'intégrité, l'ordre. Quand un contraste crie, il faut l’entendre, et ce serait être apocryphe en nature humaine, en morale pure, que de ne pas comprendre la puissance occidentale.
La colonisation française, contrairement au colonialisme arabo-musulman qui s'est abattu sur l'Afrique du nord romaine, byzantine et qui est un système de domination totalitaire surtout après l'arrivée des bédouins beni Hillal et Soleim, est avant tout une oeuvre civilisatrice. Voilà la difference.
Affirmer le contraire comme le fait Abdelaziz Rahabi, ancien ambassadeur et ministre du très corrompu FLN dans le La Croix du 30 juin-1er juillet 2012 relève d'une posture mensongère plus que d'un sentiment erroné.
Qui a créé, qui a inventé ce dont il a bénéficié au titre de privilèges ? Qui a restauré le joug musulman sur les populations et qui a formaté les jeunes au mensonges FLN et à l'arabisation et à l'Islam ?
Est-ce que les évènements ayant permis au FLN de s'approprier ce pays se seraient produit si les indigènes étaient restés chrétiens jusqu'à l'arrivée des Français ? ou athées ? Certainement pas. En fait les athées du FLN n'ont pas hésité à se servir de l'islam comme d'un levier pour manipuler les musulmans les plus arriérés pour s'emparer du pouvoir ( cf les massacres de non musulmans à Sétif  )
Il est insupportable pour un pratiquant musulman même peu fanatique d'être l'égal d'un " infidèle" , il doit le dominer car l'Islam est la vraie religion même si l'étude et l'examen nous démontrent que Mahomet était un imposteur, un petit chef de guerre à l'ambition démesurée et pratiquant une cruauté criminelle.

 Bilan d'un siècle de colonisation:

Voyez donc, en exemple, ce qu’est devenue l’Algérie en un siècle seulement de colonisation... Au départ des Européens en 1962, les terres arables et fertiles ont été gagnées sur le désert et sur les marais au prix de tant de tombes qui jalonnent l’Afrique du Nord que le terme même de « colonisation » est aujourd’hui dépassé. Comment oublier que ce sont les premiers Européens (les pères de ces enfants qui ont été chassés) qui ont asséché les marais, ensemencé les maquis, transformé les douars, les casbahs, les repaires de pirates en paisibles villages, en cités prospères, en ports dignes de ce nom, mis en place une industrie, bâti les écoles, les universités et les hôpitaux, tracé les routes et édifié les ponts, chassé la maladie, les épidémies, la famine, fait jaillir des pierres la vigne généreuse et les orangers ? Comment oublier que c’est la France, et elle seule, qui a fait gicler du sable du désert le pétrole et le gaz ? Et c’est pour toutes ces réalisations qu’il faudrait demander pardon ? A cela, qu’ont opposé les" révolutionnaires" ?... La révolte, le terrorisme,les crimes contre l'humanité, l’abomination et pour finir, la dilapidation de l’héritage « colonial ».
Boualem Sansal, le meilleur écrivain algérien contemporain a dans valeurs actuelles du 5 au 11 juillet 2012 à qui on demandait quels souvenirs il gardait de " l'indépendance "en 1962 mentionne l'angoisse des autochtones parce que le contact avec les maquisards, des gens qu'on n'avait jamais vus, fut extraordinairement pénible, violent.Il y eut accaparement. Ils entraient et prenaient des biens et des femmes, comme des conquistadors. C'était le repos du guerrier... Très vite , on s'est interrogé sur l'avenir. C'est devenu le cauchemar, tout commençait à s'arrêter. Pas de travail, d'électricité, d'eau, la course au pouvoir, la guerre entre les wilayas, la peur et le rejet de BenBella, les enlèvements, la torture, les exécutions sommaires
... Ben Bella était un fou furieux comme Kadhafi. Avec Boumedienne c'est là qu'a commencé le viol de la conscience, avec lui l'ordre régnait mais on voyait l'arabisation à l'oeuvre, des régions entières niées dans leur identité. Il était interdit de se dire Kabyle, de prononcer un mot en berbère, de dire un mot en Français en public, d'afficher son athéisme ou une autre religion. Nous étions violentés.


notes:

Voilà la réflexion d’un vendeur de journaux entre deux âges retransmis par La Croix le 6 février 2009 « on leur laisse le pays, il est pour eux, ce sont les mêmes depuis 1962 ceux qui gouvernent .Ce n’est pas le troisième mandat de Boutéflika, mais un mandat unique du même pouvoir »
L’apparition de la peste bubonique ( ) dans les maquis d’Al Quaida en Kabylie cette année est certaine car un appel d’offres informel et restreint auprès de fournisseurs de produits spécifiques de décontamination de site a été lancé dans l’urgence par les autorités algériennes a affirmé une source commerciale étrangère installée à Alger (LaCroix du 2/ 2/2009) En 2003 la peste bubonique était réapparue dans la région d’Oran. Avec l’exploitation des algériens à qui le FLN fait » suer le burnous » et la paupérisation , la peste réapparaît en milieu semi rural avec la présence de rats. Qu’est devenu le service sanitaire français mis en place pour lutter contre la maladie et la mort, pour enseigner et imposer l’hygiène.

notes:Le FLN fait peser des menaces sur les travailleurs musulmans obligés de payer l'impôt, de fournir des vivres, de participer aux destructions
Les Français ont commis l'erreur de ne pas renvoyer en Arabie les colonisateurs arabes des tribus qui attaquaient les troupes françaises comme ils l'avaient fait pour les Turcs
Question: si les indigènes avaient été chrétiens est-ce que la rebellion algérienne aurait eu lieu ? Certainement pas En fait les athées du FLN se sont servis de l'Islam comme d'un levier pour s'emparer du pouvoir manipulant les indigènes les plus arriérés( cf les massacres de non musulmans à Sétif)

Si en Afrique noire, l'honneteté intellectuelle renait, ce n'est pas encore le cas pour l'Algérie de Boutéflika, le mendiant.
Les alibis à l'arrêt brutal du développement lancé par la colonisation, alibis insufflés par les idéologies marxistes léninistes et marxistes oecuméniques à savoir le pillage colonial (il y a eu par contre un pillage  néo-colonial) et l'impérialisme occidental sont totalement rejetées par les nouvelles générations qui réclament des comptes aux" élites" dirigeantes par un bilan de l'indépendance et demandent comment les ressources naturelles ont été si mal exploitées pourquoi elles n'ont pas servi pour assurer la continuité du développement économique et le progrès social contrairement aux pays asiatiques qui partis de souvent plus bas et sans matières premières ont décollé. "Qu'avons nous fait de nos 50 ans ? lit-on dans la presse sénégalaise "Voici 50 ans que nous portons le bonnet d'âne de l'humanité"
1) épuration ethnique sans précédent opérée par Idriss en 789 puis au 11ème siècle, invasion hillalienne et Beni Soleim. En fait c’est une deuxième invasion arabe que subit le moghreb avec les tribus de bédouins pillards des beni Hilal et des Solaym qui non seulement convertirent mais arabisèrent les ,berbères « semblables à une armée de sauterelles, ils détruisirent tout » dit Ibn Khaldoun qui ajoute que « ces bandits allèrent s’emparer des campagnes et de là ont continué jusqu’à nos jours à opprimer les populations, à piller les voyageurs et à tourmenter le pays par leur esprit de rapines et de brigandage »
Rien n'est plus exact et d'actualité que l'éditorial que le Professeur Pierre Goinard fit paraître en 1991
Les Français d'Algérie de souche européenne, victimes de calomnies systématiques et de stupéfiantes ignorances, jalousés, enviés, sont devenus les boucs émissaires d'une désinformation qui a contaminé une majorité métropolitaine.
Déjà bien avant, l'oeuvre de la France en Algérie, reconnue et admirée par tant d'étrangers, ayant surmonté les difficultés exceptionnelles du pays et des hommes était singulièrement méconnue, sous estimée, combattue même, par des Français

2) 1778-1779 famine due à la sécheresse et peste. 1785-1786 famine à laquelle s’ajoute la peste qui ravage l’Afrique du nord depuis Alexandrie. 1794 et 1800 famines. 1805 et 1806 famine due à la sécheresse, 1811, 1817,1819,1821,1822 années de famine.

3) Plus de barrages ni de canaux d’irrigation sauf près de certaines villes comme Alger, Blida, Tlemcen où il y avait de très beaux vergers très bien irrigués mais excessivement limités. Dans cette dernière ville les très beaux vergers faisaient un contraste saisissant avec l’aridité des causses voisins et du reste du pays . Claude Martin dans Histoire de l’Algérie française tome 1

4) Ibn Kaldoun

(5) chute de population

(6) Puisque le Coran interdit l’usure en son verset 276 qui se manifeste par le prêt direct à intérêt, les juristes musulmans ouvriront la voie à des accommodements en dissimulant le prêt à intérêt sous la forme d’un prêt sur gages qui laisse le champ libre à des pratiques usuraires si néfastes qu’elles entraînaient la ruine du débiteur.

(7) Renaudot : Tableau du Royaume de la ville d’Alger
E Mainz les juifs d’Alger sous la domination turque. Paris,Geuthner, 1952
Gaston Pallisser la misérable condition des israélites dans la Régence turque d’Alger in
l’Algérianiste n° 53, mars 1991

(8) Les Maures étaient exécutés sur le rempart au dessus de la porte de bab Azoun. Six crochets en fer, placés de chaque coté de cette porte, destinés au plus horrible supplice, portaient encore les lambeaux des dernières victimes qu’on y avait jetées. Plus de 400 têtes se trouvaient empilées dans un coin de ce rempart. Relation des évènements se rapportant à l’expédition d’Alger Aix 1890 Réveillé de Beauregard, officier d’administration de la marine
(9) où ai-je trouvé prélèvement forcé de l’impôt ?

( 10 ) Par exemple à Misserghin à coté d’Oran 5 lots à bâtir et un lot de jardin sont concédés à des musulmans. Abdallah Backar avait été le premier autochtone à obtenir une concession (conseiller municipal )
(11)Dans la province d’Alger , le gouvernement put disposer de 168000 ha de terres incultes. 55000 furent donnés aux colons français et 32000 aux indigènes in Histoire de l’Algérie française de Claude Martin tome1, 81.000 ha ne furent pas attribués à ce moment là faute de demandeurs supplémentaires.
(12) création de coopératives : tabacoop et Tomacoop de Bône, Cotocoop, Electrocoop, Labourcoop etc..apporterent aux agriculteurs musulmans la stabilité des prix et l’assurance
de l’écoulement de leur production ainsi qu’une caisse de prévoyance et des œuvres sociales
(12 bis)Marcel Edmond Naegelen "une route plus large que longue c/o Robert Laffont

(13) difficultés du début dans l’Instruction où ?



(14) Depuis la convention de reddition signée par le dey le 5 /7/1830 les indigènes des états barbaresques (Régence turque) sont devenus des nationaux français. C’est ce que prévoyait depuis le XVI ème siècle le droit international public quand un état annexait un territoire sauf volonté contraire de cet état ce qui fut le cas de la Turquie qui n’a jamais voulu accorder la nationalité turque aux barbaresques qui étaient donc des apatrides, sujets du sultan. La nationalité turque réservée au peuple turc n’allait pas être donnée à n’importe qui. Dès 1830 en annexant ce qui allait devenir l’Algérie, la nationalité française a été attribuée de droit aux personnes physiques domiciliées dans le pays, mineurs compris ce qu’a formellement établi le senatus consulte du 14/7/1865 proclamant solennellement que les indigènes musulmans et juifs d’Algérie étaient français et qu’ils pouvaient acquérir la citoyenneté française sur simple demande. Il y en eut 750 pour les musulmans et 289 pour les juifs. La législation coloniale distinguait en effet 2 catégories de nationaux français les citoyens et les indigènes.
Les citoyens étaient des nationaux qui possédaient des droits politiques ( droit d’être électeur, éligible, d’acceder à la fonction publique, à l’armée…) soumis concernant leur statut personnel aux règles du code civil dit « code Napoléon ». Les indigènes étaient des nationaux autochtones des colonies qui n’avaient pas les mêmes droits politiques, soumis concernant leur statut personnel à leurs droits religieux ( Qorân et Sounna pour les musulmans et Loi mosaïque dont les sources sont la Tora et le Talmud pour les juifs). Il sera toutefois possible aux indigènes d’accéder à la citoyenneté en exerceant une option et en abandonnant le statut religieux.
Devant les réticences des indigènes qui refusaient cet abandon, la France a pris 2 séries de mesures :
- concernant les juifs, les 9 décrets Crémieux du 24/10/1870 leur ont imposé la citoyenneté par la volonté du Prince et malgré leur hostilité à l’abandon de leur droit personnel mosaïque. Il n’y a pas eu de naturalisation puisqu’ils étaient nationaux français depuis 1830.
- concernant les musulmans une ordonnance du 7 mars 1944 a supprimé le « régime de l’indigénat », faisant de tous les musulmans des citoyens sans les obliger à abandonner leur statut personnel religieux

(15) citation du verset coranique sur la guerre sainte. L’Islam religion et système de pensée à la fois théologique, juridique et socio-politique stigmatise l’Etat émancipé de tout principe divin. Au regard de la théologie et de la législation islamique il y a un rejet de tout ce qui est seulement laïc, Etat ou individu
(16) La résistance des berbères à l’Islam a été longue. Ils ont apostasié12 fois en 70 ans. Pendant ¾ de siècle, les berbères résistèrent avec acharnement aux offensives musulmanes, se plièrent à la force, se révoltèrent, détruisirent plusieurs armées arabes avant de subir le joug arabo-musulman.
(17)dents longues
(17b)Les anciennes houillères du Nord-Pas-de-Calais condamnées à verser 40000 euros à 10 anciens mineurs marocains pour discrimination dans leurs retraites( La Croix du 22mars 2010)
(18) le service des eaux et forêts puis dès 1941, le service de la défense et de la restauration des sols eut pour tâche essentielle de remédier à l’érosion des pentes du relief algérien. Quoiqu’à une époque lointaine, il y eut un peuplement forestier important dont on peut voir la trace dans la persistance des forêts sur les sommets les plus élevés des Némenchas, de l’Aurès, de l’Atlas tellien, de Teniet-el-had, de l’Ouarsenis, lors des invasions vandales puis arabes et suite à l’occupation du pays par ceux ci, peuple pastoral, ces forêts furent totalement détruites. L’érosion éolienne et pluviale lessiva alors les sols ne laissant que la roche. Cette dégradation des pentes déboisées provoqua l’envasement des oueds par les déblais entraînés par les pluies souvent torrentielles. Les eaux ne pouvant plus s’écouler débordaient et provoquaient des inondations et la formation de marécages, générateurs de paludisme. La DRS recréa les banquettes des terrasses et fit planter des arbres fruitiers, oliviers le plus souvent sur le bourrelet et la production de cultures fourragères sur la sole de la banquette permettant aux autochtones de nourrir leurs élevages sans dégrader les sols
(19) Houille, uranium, plomb, zinc, tungstène, manganèse, phosphates, mercure, baryte, wolfram, étain, or, argent, diamants, pierres précieuses
(20) En 1958 pour la première fois le produit industriel est supérieur au produit agricole
(21 L’oasis de Tindouf fut rattaché à l’Algérie par une décision du conseil des ministres prise le 4 avril 1933
(22) L’industrie de matières premières est une industrie capitalistique demandant beaucoup de capitaux (haute intensité de capital) mais peu de main d’œuvre. Ces capitaux bénéficient partout d’exonérations fiscales. Il n’y a pas de main d’œuvre qualifiée disponible sur place dans toute l’Afrique et il ne faut pas compter sur les investisseurs pour la former. Les organisations idéologiques veulent influer sur les Etats africains pour renégocier les contrats avec les multinationales
(23) Avant la remise du Sahara au FLN, la totalité des recettes fiscales sur le pétrole étaient réinvesties dans le développement de ce désert au profit des populations de ce pays. De gaulle et les siens qui voulaient récupérer ces recettes au détriment des sahariens crurent le faire en donnant ce pays au FLN, ne s’imaginant pas que le FLN s’accaparerait le gaz et le pétrole au détriment aussi des français
(24) En fait c’est au fur et à mesure de mes recherches que j’ai modifié et remodifié la rédaction découvrant l’incompétence mais l’art de l’intrigue et de l’hypocrisie de ce que j’ai fini par appeler le clan gaulliste. J’ai découvert que déjà pendant la 2ème guerre mondiale saint Exupéry méprisait de gaulle qui intriguait pour le pouvoir et qui s’est compromis avec les communistes lesquels avant de se faire passer pour des résistants ont été des collabos.
(25)En 1960 le prix du baril est d'un dollar
( 26) La torture instituée par la gendarmerie mobile donc l'Armée et la police aidée de truands recrutés et obéissant à des politiciens gaullistes comme le député Lemarchand n' a à aucun moment été dénoncée par les idéologues qui s'empressaient de dénoncer des tortures commises par l'armée dans l'urgence sur des criminels et des assassins pour sauver des civils dont des femmes et des enfants innocents dont la seule culpabilité aux yeux de ces assassins est d'être pro français. Cette attitude nullement imposée par des raisons humanitaires





( ) La peste bubonique ou peste noire est une maladie véhiculée par le rat et transmise à l’homme par piqure de puce elle est due à une bactérie redoutable Yersinia pestis En 1350 elle a aussi touché l’Europe .Plusieurs autres vagues ont touché la France au XIV ème siècle. Depuis la décolonisation le retour d’épidémies se manifeste régulièrement en Algérie.

La France a d'ailleurs à tort respecté les croyances religieuses, les coutumes et la "culture" des indigènes mais a aussi entretenu les centres-ville historiques ( Kasbah, monuments, pour éviter qu'ils ne tombent en ruine.C'est là aussi incontestable parce que cet entretien, cette restauration elle l'a fait partout. Un exemple le Laos qui a été sous protectorat français et où la France y a laissé un assez bon souvenir. Actuellement la capitale Luang Prabang est en danger. Les temples boudhistes et les maisons anciennes se délabrent et certaines menacent ruine, alors que sous le protectorat les français avaient pris soin d'entretenir l'archirecture traditionnelle ( La Croix du mercredi 31 mars 2010 ) Les communistes qui se sont imposés depuis 1975 sont beaucoup plus préoccupés en bons matérialistes de se remplir les poches que de "gaspiller" leur argent pour la restauration, d'autant plus que l'Agence française de développement mène et finance le projet avec l'argent du contribuable français à qui on n'a pas demandé son autorisation. Car comme le dit Guillaume josse, Chef de proet à l'AFD "nous donnons l'argent, nous savons où va cha&que brique, chaque tuile, ensuite nul n'ignore que les maitres d'ouvrage locaux ( et communistes)ne sont pas audessus de tout soupçon."
Ce d'autant plus que quand la corruption des fonctionnaires communistes atteint des proportions trop importantes Yves Dauge, urbaniste, maire de Chinon,rappelle que la sauvegarde du patrimoine c'est aussi le sauvetage d'une ville et le développement d'une économie car en misant sur le tourisme, on a donné du travail aux habitants et surtout aux minotités Hmongs persécutées ailleurs mais protégées ici car l'artisanat local ce sont elles.




Autres blogs de l'auteur:
http://lacolonisationsongesetmensonges.blogspot.com
http://nucleaireuneerreurdela5èmerepublique.blogspot.com
http://chassesorcieredebouteflika.blogspot.com
http://interetgeneralunenecessité.blogspot.com
http://europedesprofiteurs.blogspot.com
http://europerespectdescompetences.blogspot.com
http://unautrerefletdemartigues.blospot.com
http://recitselyseens.blogspot.com
.........
Au lieu d'envoyer vos commentaires sur ma messagerie laissez les sur le blog Merci

Membres

Qui êtes-vous ?

MA PROFESSION DE FOI La politique doit être l’action commune , concertée, cohérente exercée par un groupe élu pour mener l’ensemble de la communauté nationale vers un mieux être. Elle ne doit avoir pour objet que le bien commun, l’intérêt de tous. Ce n’est pas et ce ne devrait jamais être cette gesticulation, ce grand spectacle qui consacre tous les mauvais coups licites, pourvu qu’ils amènent ou maintiennent un homme et un groupe au pouvoir. Dans cette recherche effrénée du pouvoir dont il faut s’emparer puis conserver à tout prix, les partis opposés regroupent leurs militants autour d’idéologies mises au service d’ intérêts particuliers et du groupe, n’hésitant pas à faire preuve d’autoritarisme et à désigner des boucs émissaires. La politique est, après la contemplation l’activité la plus noble de la vie disait un politique. Il évoquait sans doute la politique économique authentique vouée au seul service de l’intérêt général, celle qui ne concède pas aux financiers, aux puissants, exigeante en honnêteté qui demande compétence donc savoir et culture pour réussir la régulation économique.